huile_sur_toile

musée de l'art Wallon. Femme au corset rouge (1880). Adrien De Witte

Ce que l’on a banni au nom du féminisme revient maintenant pour exalter la féminité. Mais d’hier à aujourd’hui , ce qui se cachait devient ce qui se montre.
Ce qui, caché , était le signe d’une soumission par une rigidité et une contrainte qui n’étaient que le reflet honteux de celles de la société, devient, montré, un bijou qui a la liberté du luxe.
Jamais le corps, pas plus aujourd’hui qu’hier, n’est naturel. Il est toujours redessiné, apprêté, embelli au gré des canons dune époque. Au fil de l’histoire, les formes irréelles du corps idéal racontent des histoires de désir.
Les corsets ne miment plus la minceur, il ne font que souligner les courbes en créant une silhouette poétique.
Ils ne sont plus des dessous qui fuient le regard mais des " pardessus " qui l’appellent.

lin1lin2lin3lin4lind_tail1lind_tail2